17Tu t’endors, petit faon

Tu dodelines et tu dors

Enrobé des volutes de la brume

Tu déambules

Par-delà les dunes

Un tourbillon du vent t’escorte

Des grands arbres frissonnent

Ton cœur frémit

La lune, dans la forêt, te sourit

Aujourd’hui c’est jeudi

Bonjour petite souris !

aller aux images…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires